MHUV
♦ Arrête interministériel du 14 Mars 2018 définissant les conditions et modalités financière, ainsi que les mécanismes de financement de la réalisation du logement promotionnel aidé

♦ Instruction interministérielle N°01 du 06 Février 2018 relative aux modalités de mise en œuvre du programme de logements promotionnels aidés (LPA)
Date : lundi 18 décembre 2017

Salon du bâtiment : Mobilisation des capacités nationales

Salon du bâtiment : Mobilisation des capacités nationales

Salon du bâtiment : Mobilisation des capacités nationales

Cette manifestation, organisée du 18 au 20 décembre, sur le thème «Construisons algérien», a été inaugurée hier par le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, AbdelwahidTemmar, le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, ainsi que par le président du FCE, Ali Haddad. Ayant vu la participation d’une cinquantaine d’entreprises et d’opérateurs publics et privés, ainsi que plusieurs organismes et institutions en lien avec le secteur du bâtiment et de l’habitat, cette exposition, réservée exclusivement aux industriels et prestataires de services nationaux, vise à faire connaître aux maîtres d’ouvrage, les entreprises qui opèrent dans ce secteur, permettant notamment de privilégier les produits algériens et de les substituer aux produits importés tout en mettant en avant le savoir-faire algérien dans la réalisation des différents programmes de logements et équipements publics prévus par l’Etat. Intervenant à l’ouverture de cette exposition, le ministre de l’Habitat a fait état, de «besoins colossaux» en matériaux de construction pour répondre à la demande des projets de logement en cours de réalisation et ceux prévus à partir de 2018. «Les besoins du secteur en matériaux de construction sont colossaux au vu des programmes de logement et d’infrastructures publiques en cours de réalisation et ceux devant être lancés en 2018», a-t-il indiqué. M. Temmar a précisé dans ce sens que les besoins du secteur, jusqu’en 2019, sont estimés à 3 millions de tonnes de fer, 30 millions de tonnes de ciment, 30 millions de tonnes de briques, 110 millions de m2 de carrelage, 50 millions de m2 de céramique, 6 millions d’unités de robinetterie, 2 millions d’équipements sanitaires, outre des équipements électriques (câbles et fils), des canalisations, des tuyaux d’eau et de gaz, de mobilier urbain et d’éclairage public. Pour répondre à cette énorme demande, M. Temmar a appelé les opérateurs publics et privés à mobiliser toutes leurs capacités de production, annonçant la décision solennelle de son département de recourir exclusivement aux matériaux nationaux pour la réalisation des projets programmés, décision inscrite comme clause dans les cahiers de charges. Cette clause stipule qu’il «est strictement interdit de recourir aux produits et matériaux étrangers sauf en cas de nécessité et préconise l’utilisation exclusive de produits fabriqués localement», a-t-il souligné. Pour sa part, le ministre de l’Industrie a estimé que ce secteur constitue «une des priorités pour le gouvernement, qui tient à soutenir et à poursuivre tous les programmes de logements tracés par le Président de la République malgré le contexte économique actuel», indiquant que d’importants investissements dans différentes branches de la filière des matériaux de construction ont été réalisés dans le secteur de l’industrie afin de répondre quantitativement et qualitativement à la demande exprimée par le secteur du bâtiment. Il a fait savoir, dans ce sens, que plus de 2.000 projets industriels, publics et privés, avaient été lancés depuis 2002 dans les branches ciment, sidérurgie, briques et produits rouges, céramique, charpente métallique, marbre, matériaux de construction en matière plastique, menuiserie métallique, plâtre et dérivés. Certains de ces projets sont déjà en exploitation, tandis que d’autres sont en cours de réalisation. Dans la filière céramique, plus de 450 projets ont été engagés depuis 2002 pour pouvoir répondre à la demande du marché national en matière de céramique sanitaire et des carreaux de sol et revêtement, a-t-il ajouté en précisant que cette filière a pratiquement couvert la demande nationale. S’agissant de la fabrication des briques et de produits rouges, plus de 350 projets ont vu le jour depuis une quinzaine d’années. Par conséquent, la production nationale en sidérurgie sera portée à 12 millions de tonnes/an à l’horizon 2020, contre 2,5 millions de tonnes en 2016, grâce à l’entrée en exploitation des projets publics et privés en cours de réalisation, a-t-il indiqué, en affirmant également que pour le ciment gris, la production nationale avait réussi à satisfaire la totalité des besoins du secteur de la construction et de tout le marché national. La production nationale de ciment gris, a-t-il poursuivi, a été de plus de 22 millions de tonnes en 2016 et devrait dépasser les 25 millions de tonnes à fin 2017.